Elle rêvait de larguer les amarres

Publié le par Anaïs Jeanneret

La Traversée du silence

Anaïs Jeanneret (232 p, Albin Michel)

 

 

On ne pourra plus reprocher aux romancières françaises de ne pas avoir d'idées, de se consacrer à leur nombril et de tenir l'imagination pour suspecte. Anaïs Jeanneret prouve le contraire et son roman, même si le sujet est loin d'être léger, donne une bouffée rafraîchissante au paysage littéraire hexagonal. Anaïs Jeanneret était comédienne. Elle est devenue écrivain. Elle a mené pendant quelque temps les deux carrières de front avant d'abandonner un métier dans lequel elle s'était fait un nom pour un autre où il lui restait tout à construire.


 

Ce quatrième roman met en scène une jeune femme auteur de livres pour enfants. Angela a perdu sa mère alors qu'elle était petite et elle s'est éloignée de ce père qu'elle n'a jamais réussi à consoler. Pour lui, elle ne restera à tout jamais qu'un pâle succédané de cette femme idolâtrée. Lors d'une séance de signature, elle fait la connaissance d'un homme, genre beau ténébreux qui lui donne rendez-vous. En un instant, son existence va basculer. Rien ne l'attache à Paris. Elle part le rejoindre sur une île, et vit avec lui une grande passion jusqu'au jour où il disparaît sans prévenir.


 

Parce qu'elle sait camper des personnages attachants, dépeindre un paysage désolé, parce qu'elle décrit fort bien le désespoir et la descente aux enfers, Anaïs Jeanneret fait de cette histoire, qui n'aurait pu être que rocambolesque, un roman étonnant, plein de charme et de sensibilité. Et l'on se dit qu'elle n'a probablement pas été aussi inconsciente de lâcher la proie (le cinéma) pour l'ombre (le roman). Car l'ombre pourrait bien devenir, en ce qui la concerne, la pleine lumière.

Pascale Frey

 

Source : Lire / Avril 2002

 

Couverture-livre-La-Traversee-du-silence.gif

 

Découvrez les autres romans d’Anaïs Jeanneret :

1990 : Le Sommeil de l’autre
1993 : Les Poupées russes
1999 : Les Yeux cernés

Commenter cet article